R.U.S.E.

Débarqué en Septembre 2010 après une période bêta concluante et une sacré campagne marketing, RUSE devait révolutionner le monde du STR.

C’est chose faite avec l’apparition de l’origine système de "ruses" permettant par exemple de décrypter les ordres ennemis dans une zone ou de lancer de fausses attaques sur l’ennemi. Ubisoft nous propose une nouvelle vision de l’action tactique et stratégique. C’est également chose faite lorsque le jeu est annoncé multi-plateforme à savoir qu’il sortira aussi sur console.

L’action principale de la campagne se déroule en Afrique du nord et Europe donc de l’affrontement fin 42-45. Quelques missions solo uchronique nous mettent au commande de français ainsi que d’allemands qui débarquent en Angleterre.

Commençons par les menus simples et agréables, rien à ajouter de coté là. L’interface de jeu ensuite, sobre (voir minimaliste pour certains) et poussée à la fois elle permet de créer les unités/bâtiments et de faire appel aux ruses.

Le jeu est servit par des graphismes plutôt impressionnant sur un jeu de ce genre, on également bien doté niveau sonore avec une bande son discrète mais très prenante dès que l’on peut lancer une ruse par exemple. C’est d’ailleurs au niveau graphique qu’on va voir les dégâts de nos unités (pas de barre de vie), on peut de plus voir les parachutistes se prendre des obus de DCA.

Passons au jeu maintenant, contrairement à une grande partie des séries de RTS WW2 ruse nous propose une gestion des ressources différentes, pas de munitions, pas de points de vie mais création d’unités et bâtiments (ça peut en réjouir certains mais en rebuté une partie). L’IA est intelligente, peut être trop, avec la DCA qui s’occupe seule de descendre les paras ennemis comme dit précédemment. Ne vous attendez pas à trouver du réalisme historique dans le jeu ailleurs que dans les noms d’unités (en nombre restreint d’ailleurs) que ça soit au niveau des caractéristiques que de la réalité des affrontements le jeu reste dans le pur style arcade (des petits chars italiens qui viennent à bout de B1-Bis ou Tigre par exemple).

L’action se déroule au niveau macro (comprendre de la macro-gestion) à savoir zoom très haut, loin des unités, c’est dommage, le temps de se concentrer sur son petit char est maintenant révolu. En même temps, le concept macro peut paraitre étrange car on ne gère que peu d’unités à la fois mais on tourne les effectifs. Le fait de pouvoir rusé nous oblige à jouer subtilement.

Les premières parties serviront justement à prendre en main cette nouvelle façon de jouer. Contrairement a beaucoup de titre les chars tirs loin, très loin, ce qui rend l’infanterie ou toute unité légère très vulnérable hors "embuscade". Cependant il n’y a pas de prise en compte du relief et les maisons ne sont la que pour le décors quasiment (l’effet stratégie globale avec la vision plateau type Panzer General). Et point qu’il faut apprendre, les unités sont prévues pour une application précise (canons vs chars etc.) il faut le savoir sinon vous allez vous retrouver bêtement avec des canons incapables de tirer sur l’infanterie qui vient à l’assaut (pas compris la logique derrière ça).

Le jeu vous prévient à chaque fois qu’un évènement se produit (construction d’un bâtiment, attaque sur vos lignes de ravitaillement) ce qui est plutôt pratique pour ceux qui ont tendance à oublier quelque chose quand ils sont concentrés ailleurs mais plutôt énervant pour les pro qui auront l’impression d’être pris pour des débutants.

Les plus téméraires peuvent tenter leur chance sur les défis. Les batailles sont à durée généralement limité surtout en ce qui concerne les défis et partie multijoueurs. d’un autre coté le massacre sera parfois tel que vos souffrances seront abrégées avant même la fin du chrono.

Un système de points et d’expériences (selon les actions effectuées durant une mission) permet d’effectuer le classement des joueurs et permet aux nouveaux d’éviter de tomber sur des stratèges expérimentés.

 On ne peut que regretter la très fiable durée de la campagne mono-faction qui plus est, pas de mission sur le front de l’est ni même dans le pacifique. Les contenus supplémentaires sont payant et on ne compte pas d’éditeur, c’est un signe que le jeu sera vite remplacé une fois terminé (Ubisoft annonçant un jeu du même genre pour l’année suivante) à moins que les escarmouches vous tiennent en haleine longtemps (mais sans carte supplémentaire ça risque d’être difficile). Coté multijoueur, le système de "ranking" qui est censé trouvé des adversaires de notre niveau ne marche pas forcément très bien. De toute façon ce mode de jeu est très élitiste seul on ne peut quasiment jamais rien faire.

Dommage que le multijoueur soit tué par les tactiques des joueurs non content d’avoir un minimum de réflexion  pour faire de l’action tactique ces derniers ont pensé que inonder les parties avec des "stratégies" de masse. Chaque nation ayant ses particularités plutôt que les groupées sur une partie pour en tirer profit, on assiste à des groupes de GB qui nous lancent des parachutistes et bombardiers dès le début pour plier la partie. A partir de là on peut accepter de subir ce genre de chose une ou deux fois mais à la troisième le jeu sera supprimer de la machine car il ne présente aucun intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.