World of Tanks

  Tient le sol vibre par ici, World Of Tanks (WOT pour les intimes) ne semble pas loin de notre porte. Arrivé à l’est en Octobre 2010, ce jeu qui a le mérite même en constant d’être gratuit et complet (avec de l’équipement historique s’il vous plait) grâce à un système de crédit et d’expérience. Il y a actuellement 3 nations (Allemagne, USA, Russie) disponibles sur les 6 prévues (rajouter Japon, France et Angleterre) soit un total dépassant facilement la centaine de modèle proposés sans compter les customisations possibles. Les chars sont divisés en plusieurs niveaux de puissances (classes 1 à 10) et en catégorie différentes (canon d’assaut, chasseur etc.), premier point important de relevé, qu’il faut précisé une partie des chars sont des prototypes n’ayant jamais combattu à grande échelle, les chars sont relativement précis, maniables et ne tombent pas en panne (notamment pour les célèbres Tigre). Deuxième point, il n’y a pas de gestion du carburant. Outre ces 2 aspects qui peut faire fuir certains puristes qui croiront avoir à faire à de l’arcade, on a la un jeu qui tient pleinement la promesse du coté simulation de char.  

Revenons un instant sur la customisation

  Au fil des batailles (des victoires surtout) on engrenge de l’expérience dans le but de débloquer des technologies dans l’arbre d’évolution de chacun de vos chars (tourelle plus rapide, blindage plus épais, canon plus performant, moteur gonflé, chenilles améliorées et radio) mais aussi de former ses membres d’équipage (mais nous y reviendrons). Une fois les équipements débloqués le crédit sert tout le monde l’aura compris à les acheter ! Pour passer au niveau de blindé supérieur il faut débloquer l’ensemble des technologies du char courant. A la fin de chaque bataille, il faudra donc réparer et ré-approvisionner son char. Passons maintenant aux membres d’équipages de 3 à 6 par char avec chacun sa fonction (Commandant, Chargeur, Artilleur, Opérateur radio etc.). L’équipage évolue au fil des combats et une fois arrivé à pleine expérience, chacun pourra développer des compétence particulière et devient plus efficace (le tireur vise mieux, l’artilleur recharge plus vite…). La progression s’avère un peu lente si l’on paye pas pour avoir accès de l’or qui permet de doubler l’expérience et avoir plus de crédit, le concept de suivi d’évolution va s’avérer prenant pour les amateurs.  

Nous avons fais le tour du coté gestion, passons maintenant à l’action !

  Il n’y a qu’un seul grand mode de jeu les match à morts par groupe de 30 (2×15). Il y a des variantes avec la possibilité de créer une escouade (Platoon) pour 2 joueurs (payant si +) des équipes (Tank Compagny) ou des clans (Team) si l’on souhaite jouer en groupe avec des amis. Petit point qui risque de faire criser certains puristes on verra des sherman et des panzers combattre des T34. L’objectif principal est évidemment de réduire les tanks ennemis à l’état de carcasses fumantes on ne revient pas la dessus mais notons qu’il est également possible en parallèle de capturer la base de départ ennemie pour remporter la victoire. De nombreux autres modes de jeu sont prévus mais patience.  

Il suffit de cliquer sur battle et en quelques secondes vous voici jeté dans l’arène.

  Sur le terrain, graphiquement de bonne facture même si loin du dernier cri, les décors variés sont destructibles sans dommage pour vous hélas (maisons, arbres, clotures etc.), on y voit notre blindé (très bien dessiné) avoir fier allure (sauf avec une chenille cassée ou un frontal plein d’impact). On a vite fait de prendre en main la chose pour peu que l’on ai déjà jouer à un FPS ou un jeu de simulation de courses, la première qui viendra à l’esprit de beaucoup sera de planquer sa boite de conserve derrière un buisson ou une maison mais il ne faut pas s’inquiéter le système de création de partie est au point on se retrouve généralement avec des blindés de même niveau avec et en face de nous. Le match reste donc équilibré. Les affrontements peuvent être assez statiques selon la catégorie choisis mais attention les canons d’assaut ne rateront pas deux fois leur tir longue distance. Au niveau de la caméra, plusieurs vues sont possibles (zoom avec la molette de la souris) du mode sniper pour tirer à une vue troisième personne pour se balader.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.